17 octobre 2005

Qui a dit : « On n’en fait jamais trop quand on aime » ?

Ce soir au menu, steak de viande hachée, petits pois carottes et … riz…mon grand ami !













Mais une question existentielle me taraude à chaque cuisson… pourquoi, pourquoi, dois-je toujours en faire de trop ?

C’est vrai, c’est comme les pâtes, il y a toujours un fond dans la passoire… et quand je dis un fond… on pourrait faire un bolo pour la cantine des Scouts durant toutes les vacances de Pâques…
J’ai beau prendre un verre comme mesure, essayer de gérer le tout en fonction du nombre de convives….pas moyen, il en reste toujours une quantité phénoménale…


bon, bon c'est pas tout ça, va falloir recycler ... alors riz cantonnais, riz au lait, riz créole, riz pilaf, riiiiiz...

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

D'autres types de riz sont faciles à accommoder aussi : le riz cain (une variété de riz en provenance du pays de l'Oncle Sam), le riz dicule (une variété de riz parfaitement inoffensive puisqu'il ne tue jamais), le riz chissime (que l'on ne rencontre que dans les familles de la grande bourgeoisie car il est très dispendieux), ou encore le riz Ktus, qui se mange avec un petit sourire malicieux au coin des lèvres. Voilà quelques conseils gratuits qui, je l'espère, te donneront quelques idées culinaires pour préparer tes prochains plats.

(Signé) Riz Potter

17 octobre, 2005 22:56  
Anonymous Thehush said...

Mais pensez vous au RizCook...
Choississez vous le même verre?

Quant à moi...
Je suis toujours un peu juste.
Le tout est de prévoir le plat accompagnant en quantité suffisante.

Bon courage...

19 octobre, 2005 13:34  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F