30 juin 2006

Cousine

Cousine et moi c’est d’abord une vie en pointillé … étant plus âgée (elle), nous n’avons pas toujours eu les mêmes centres d’intérêts au même moment …à 10 ans on joue à la poupée .. à 17 ans on joue à d’autres jeux.
Voilà pourquoi nous n’avons pas passé toute notre enfance à courir dans les venelles.
N’empêche j’ai quelques souvenirs … notamment un après-midi entier à faire la chandelle et le poirier, une conversation passionnée sur le prénom de nos futurs enfants, assises sur le bord de la baignoire chez Bonne-Maman ou bien encore …dans sa chambre, moi regardant Cousine se passer une crème colorée dans le cou … à 10 ans on ne connaît pas encore le fond de teint ni la différence entre hématome et suçon ;-).
Cousine, c’était un peu le modèle ; toujours à la pointe de la mode avec ses longs cheveux flamboyants, ses manières douces et précieuses et puis en plus elle nous emmenait de temps en temps à Walibi … le rêve !
Petit à petit les pointillés ont été de plus en plus espacés …
Et puis un jour … un jour est arrivée ma filleule.
Je me revois encore assise à la table de la cuisine de Tata J., écoutant la très solennelle demande… je me rappelle de mon "oui mais … à condition que je ne la voie pas tous les 6 mois", Cousine n’habitant plus dans la commune.
Cousine a tenu sa promesse…
Et la cerise sur le gâteau c’est la formidable entente entre Cousine, mari de Cousine et mon amoureux … D’ailleurs ce dernier a été mis à contribution en devenant le parrain de la petite dernière.
Bon bien entendu elle a ses petits défauts …
Cousine est une grande tricheuse aux jeux de sociétés.
Quand vous êtes dans son camp c’est très drôle mais comme adversaire un peu moins et si en plus vous êtes mauvaise perdante comme moi, ça fait des étincelles … et des fous rires.
Si je n’aime pas perdre, Cousine, elle, n’aime pas avoir tort …
"Zut on a oublié de sortir le beurre du frigo, il ne va pas être assez mou pour faire du beurre à l’ail"
"Mets-le 10 secondes au micro-ondes"
"Tu es sûre ?? Ca va être de l’eau !"
"Cousine, qui est douée en cuisine ici ?" (oui parce que quand elle arrive à faire brûler des œufs durs, on peut se poser la question).
…..
Cousine battant énergiquement le beurre et l’ail … ma filleule arrive…
"Ben pourquoi t’es énervée Maman ?"
"Oh pour rien, ta marraine avait raison…"
Cousine, je t’adore !
Ainsi donc la maturité, le temps et peut-être aussi les blessures de la Vie nous aurons finalement rapprochés.
De toutes manières, c’était écrit qu’un jour ou l’autre on se retrouverait à la croisée des chemins pour faire à nouveau un p'tit bout de route ensemble …
Oui, c’était déjà très certainement écrit dans nos rêves …


12 Comments:

Anonymous Thierry said...

Quel beau récit de caractères, d'instants partagés, de complicité ! Il y a énormément de vie et beaucoup d'humanité dans ce que tu écris. Cette cousine si joliment décrite est un véritable personnage de roman !
Ah ! si tous les adultes pouvaient toujours conserver à l'esprit les enfants qu'ils ont été comme tu le fais si bien.
Je viens de passer là un bien agréable moment à te lire.

30 juin, 2006 22:19  
Blogger Gabbel said...

Merci Thierry, tes mots me touchent toujours autant.
Ecrire un roman sur Cousine ?… oui pourquoi pas mais il ne serait que le premier tome d’une longue série sur ma famille 
Mes souvenirs d’enfance ne sont pas toujours heureux mais ils sont malgré tout précieux et j’aime m’y replonger.
Il en découle parfois un infantilisme que l’on me reproche quelquefois et qui me pousse à me poser (beaucoup trop) de questions mais me protège aussi, souvent.

30 juin, 2006 23:32  
Anonymous Ma Copine said...

C'est du bonbon, cette histoire... Oui, oui, douce comme un bonbon ! Je me suis régalée, merci !

01 juillet, 2006 05:42  
Anonymous Saturnas said...

C'est toujours très rassurant de voir qu'une amitié dure parfois toute la vie. Je me souviens, pour ma part, d'une petite copine que j'avais à 6-7 ans et qui a un jour déménagé. Je n'ose la rechercher alors que j'ai tout ce qu'il faut pour la retrouver. Après toutes ces années, qu'est-elle devenue ? C'est hors propos mais une amitié comme la tienne me rappelle un peu mon enfance.

01 juillet, 2006 08:19  
Anonymous xtof said...

quelle belle histoire... certains chemins sont inséparables... longue route ensoleillée à vous tous...

01 juillet, 2006 10:23  
Anonymous xtof said...

quelle belle histoire... certains chemins sont inséparables... longue route ensoleillée à vous tous...

01 juillet, 2006 10:23  
Anonymous Thierry said...

Saturnas > Il est possible que tu connaisses déjà cette histoire racontée par Kek, et qui s'intitule "Virginie", mais si ce n'est pas le cas, je t'invite vraiment à la lire : http://www.zanorg.com/virginie/

01 juillet, 2006 12:37  
Anonymous Saturnas said...

Oui Thierry, je connais cette histoire racontée par Kek, une BD sage et très gentille (son blog est très marrant aussi), dont j'attendais les planches jours après jours. Je crois que beaucoup de lecteurs de Kek attendent une suite, dont moi bien évidemment. Je crois qu'on a tous une histoire comme ça en tête (au moins le début, jusqu'au départ de Virginie). Kek a eu plus de chances, si on peut dire.
D'ailleurs Thierry, BONNE FETE !

01 juillet, 2006 15:07  
Anonymous Thierry said...

Stéphanie > Je comprends la tristesse qu"inspire encore des souvenirs difficiles qui remontent à l'enfance. C'est ta capacité à les formuler qui me touche. La part d'imaginaire qui glisse dans tes phrases aussi bien que dans bon nombre de tes photos est comme une eau qui court entre les galets, vive, fraîche, claire et chantante.

Saturnas > Merci beaucoup !

01 juillet, 2006 21:21  
Anonymous Wineblood said...

Superbe !!! (Sorry, je suis souvent peu prolixe)

02 juillet, 2006 01:19  
Anonymous cousine said...

Et oui, c'est tellement vrai mais c'est aussi très joliment écrit!
Depuis que tu es née cousine, c'était écrit oui oui écoute la vieille je t'adore cousine

02 juillet, 2006 08:36  
Anonymous Anonyme said...

C'est très émouvant ce petit texte.

04 juillet, 2006 18:08  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F