02 juillet 2006

Penseur obscur - A. Toetenel


Le chat, penseur obscur, ami des coussins roses,
Des clartés de la vie et des saveurs du mal,
Médite en ronronnant la mort lente des choses
Et pose sur le monde un dédain d’animal…

Il évite les bruits et l’effort trop brutal,
Le vent qui mord et pince et troubles ses hypnoses,
Et préfère le feu qui rougit le métal
Et les bonnes chaleurs dans les chambres encloses…

L’oiseau chante et l’insecte, ivre d’air et de miel,
Monte tel un éclair vers le cœur chaud du ciel,
Tandis que le félin se drape en sa paresse…

Mais quand monte au lointain l’appel frais de la nuit,
S’entr’ouvre sa paupière ; et dans son œil reluit
Cet indomptable instinct qu’irrite une caresse…

- Merci à Chachou de Tata J. pour sa participation -

5 Comments:

Anonymous mariebruxelles said...

Comme c'est joli ! Merci pour de m'avoir fait découvrir ce poète wallon.

Quel beau chat, aussi ! ;-)

03 juillet, 2006 00:41  
Anonymous mariebruxelles said...

Oups, y'a une erreur. Honte à moi !

Il convient de lire "Merci de m'avoir fait..."

03 juillet, 2006 00:43  
Anonymous Saturnas said...

Qu'ils sont fénéants ces minous ! Les deux miens ne sont pas comme ça, assurémment : la mère chasse la nuit et apprends la bagarre le jour à son petit, c'est trop rigolo.
En tout cas c'est un beau poème.
En même temps, si on suit une pub des Nuls, pour mériter leur Kwiskas, les chats ils devraient se lever sur leurs papattes, ils arrêteraient de jouer au baby, fumeraient plus de pétards et se bougeraient le c.. (si vous connaissaient pas le clip, vous pouvez pas comprendre, hélas).

03 juillet, 2006 09:01  
Anonymous MLA said...

Eh oui ! Ainsi sont les chats, j'ai trouvé un autre poème, que voici :

La prière du chat (à son Maître)


Ne me prends pas pour esclave, car j’ai en moi le goût de la Liberté.

Ne cherche pas à deviner mes secrets, car j’ai en moi le goût du mystère.

Ne me contrains pas aux caresses, car j’ai en moi le goût de la pudeur.

Ne m’humilie pas, car j’ai en moi le goût de la fierté.

Ne m’abandonne pas, car j’ai en moi le goût de la fidélité.

Sache m’aimer et je saurai t’aimer, car j’ai en moi le goût de l’Amitié …

03 juillet, 2006 10:50  
Blogger Gabbel said...

Merci MLA :-)
Saturnas >je ne pense pas les chats soient fainéants ... d'ailleurs dans le poème on parle de cette "fameuse" sortie nocturne.
Marie > Oui, j'aime vraiment beaucoup ce poète

03 juillet, 2006 11:12  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F