06 novembre 2006

Le Mont

Voilà, c'est la fin du congé de Toussaint … Cousine n’est pas venue finalement … grande déception … j’espère que les plaquettes seront au rendez-vous pour les vacances de Noël !
Mais en lieu et place nous avons eu la visite de Petite Cousine (la fille de Cousine N., elle-même fille de Tata C.) qui nous avait déjà rendu visite en famille au mois d’août et toute seule en février.
C’est d’ailleurs lors de cette première visite que nous avons eu l’agréable surprise de découvrir que les ados n’aimaient pas que la PS2 !
Petite Cousine aime les vieilles pierres ! (je vous invite à aller voir dans les archives).
Or donc, voulant lui faire plaisir, mon amoureux a eu la belle idée de nous proposer une visite fabuleuse …. Le Mont-Saint-Michel !!
Alors accrochez-vous les amis car y’a de la photo !!
Bon, je n’ai pas mis les 460 prises lors de cette journée (qui a dit folle ??) mais je ne pouvais pas ne pas vous montrer une bonne partie.
Vous remarquerez aussi que j’en ai laissé certaines avec ET sans la surexposition, d’abord je trouve ça rigolo de voir la différence (Aaaah la technologie) et puis comme ça on voit vraiment la pierre, le ciel et les deux !
Allez, c’est parti !


Tout d’abord un peu d’histoire (le texte italique provient du petit fascicule que l’on reçoit lors de la visite de la cathédrale) :
La longue histoire du Mont-Saint-Michel aurait commencé en 708, lorsqu’Aubert, évêque d’Avranches, fit élever sur le Mont-Tombe un sanctuaire en l’honneur de l’Archange. Le mont devint rapidement un lieu de pèlerinage majeur.
Au Xème siècle, les bénédictins vinrent s’installer à l’abbaye, tandis qu’un village se développait en contrebas. Il s’étendit au XIVème siècle jusqu’au pied du rocher.

Place forte imprenable pendant la guerre de Cent Ans, le Mont-Saint-Michel est aussi un exemple d’architecture militaire. Ses remparts et fortifications résistèrent à tous les assauts anglais et firent du Mont un lieu symbolique de l’identité nationale.
Après la dissolution de la communauté religieuse à la Révolution et jusqu’en 1863, l’abbaye fut utilisée comme prison.
Devenue monument historique en 1874, elle fut l’objet de grandes restaurations.
Depuis, les travaux ne se sont pas interrompus sur l’ensemble du site. Ils permettent aux visiteurs de retrouver la splendeur de l’abbaye que les hommes du Moyen Age voyaient comme une représentation de la Jérusalem céleste sur terre, image du Paradis.
Depuis 1979, le Mont-Saint-Michel est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ajoutons que de grands travaux ont été lancés afin de désensabler le Mont et détruire cet immonde et énorme parking devant lui.

Les touristes devront garer leur voiture bien avant et prendre des navettes pour l’atteindre …la riche idée !!

J’adore cette photo, je la trouve particulièrement romantique…

La petite marche pour y accéder nous permet déjà de deviner le fabuleux travail des ouvriers…

Nous arrivons dans le village…

Où nous sommes déjà repérés …

Où se trouve la clé de cette serrure ?

Je tombe littéralement sous le charme de ces entrelacs de maisons moyenâgeuses …

Cela me fait un peu penser aux petites maisons corporatives qui bordent la Grand-Place de Bruxelles.

Je me sens épiée … un moineau attentif attend le bon moment.

Il entre dans une boutique de biscuits et récupère les miettes tombées près de la balance !!

Nous sommes dans une rue commerçante et cela se voit !…Mais d’une bien jolie façon…

Entre les maisons de minuscules ruelles, d’où Saint-Michel nous guette…

Un premier édifice religieux du XVème et XVIème nous accueille, c’est l’Église Paroissiale Saint-Pierre (patron des pêcheurs).

Là-haut l’abbaye semble nous appeler…

Pour y accéder nous passons par un petit cimetière qui a des airs de Montmartre.

Derrière nous la baie se découvre petit à petit…

Allons ! Encore des escaliers !….sans le vouloir cette photo est un joli trompe-l’œil car en haut des marches nous tournerons à droite… Eh oui le mur n’atteint pas la porte ! ;-)

Nous arrivons aux pieds de la muraille.

Un musée nous rappelle que ce lieu fut aussi une forteresse en temps de guerre…

Derniers coups d’œil vers la baie…

Sans le savoir, au travers d’une meurtrière je photographie la sortie de la visite…

Avant/Après…

Les billets en main, nous pénétrons dans le fabuleux site.
Un mot à propos du prix : 8 euros.
A l’entrée ils indiquent sur un panneau : visite de la cathédrale : 8 euros.
J’avoue que j’étais un peu dépitée par le prix (même si la visite m’a été offerte)… en fait c’est bien plus que de rentrer et sortir d’une cathédrale (comme par exemple Notre-Dame de Paris) que nous ferons … nous visiterons tout le site durant 2 heures ! Alors oui, 8 euros c’est justifié mais les organisateurs devraient indiquer un minimum de détails de la visite car beaucoup de monde voyant le prix partait en disant « pffft juste pour la cathédrale ».
Bref !
Reprenez vos cahiers d’histoire et attention de ne pas vous perdre en chemin !!
Après avoir franchi la salle des gardes, entrée fortifiée de l’abbaye, le visiteur gravit l’escalier du grand Degré jusqu’à la terrasse du Saut-Gaultier. On chemine entre l’église, à droite, et les logis abbatiaux, à gauche, reliés par des passages suspendus (Belgacom n’a rien inventé finalement).

Ces logis, construits entre le XIVème et le XVIème siècle, furent la résidence seigneuriale des abbés.
Les gargouilles … j’adore !

La terrasse de l’ouest est constituée du parvis primitif de l’église abbatiale et des trois premières travées de la nef détruites au XVIIIème siècle après un incendie.

La façade classique a été construite en 1780.

De là, on a une vue générale sur la baie…

Enfin, la terrasse offre un point de vue unique sur la flèche néogothique du clocher érigée en 1897 et surmontée par la statue en cuivre dorée de Saint Michel.

Construite dans les premières décennies de l’an mil, l’église abbatiale fut installée au sommet du rocher, à 80 mètres au dessus de la mer, sur une plate-forme de 80 mètres de long.

La nef présente une élévation à trois niveaux : arcades, tribunes et fenêtres hautes.

La charpente de la nef est habillée d’un berceau lambrissé.
Le chœur roman, écroulé en 1421, a été reconstruit après la guerre de Cent Ans en style gothique flamboyant.

La visite se poursuit par le cloître (un lieu que j’ai vraiment adoré).

Cette galerie qui permettait la circulation entre les différents bâtiments, était un lieu de prière et de méditation.

Lors des fêtes religieuses, des processions s’y déroulaient.
Le cloitre est situé au somment d’un bâtiment que l’on appelle la Merveille construit au début du siècle (ce bâtiment est le témoin de la maitrise architecturales des bâtisseurs du XIIème siècle qui réussirent à appuyer sur la pente du rocher deux corps de bâtiments de trios étages !)
Car il ne faut pas oublier que le Mont est au départ un rocher... les maitres d’œuvre ont donc dû tenir compte de sa forme pyramidale et ont littéralement enroulé les bâtiments autour du rocher granitique.
Mais revenons à notre cloître…
Il permet l’accès au réfectoire, à la cuisine, à l’église, au dortoir, au chartrier et à différents escaliers.
A l’ouest, la baie centrale, ouverte sur la mer, aurait dû donner accès à une salle capitulaire jamais construite.

A la place il y un grand Plexiglas qui ferme l’ouverture … c’est assez impressionnant de se sentir si proche du vide…

Combien de moines rêveurs ont laissé filer leurs pensées païennes face à ce panorama ?

Les galeries du cloître ont été charpentées pour alléger leur poids. Un double rang de colonnettes, légèrement décalées, dessine des perspectives sans cesse changeantes.

Dans le réfectoire, les moines prenaient leur repas en silence, pendant que l’un deux, depuis la chaire du mur sud, faisait la lecture.
Je note surtout qu’il n’y a pas de cheminée dans cette pièce !!
Rigolo : Tout le monde est flou sauf le petit bout sur le dos de sa mère et qui nous montre du doigt…

Avec un peu moins de monde…

Par un escalier,

on accède à la salle des Hôtes qui se trouvent exactement sous le réfectoire.

Elle était destinée à la réception des rois et des nobles.
Ouf ! Là il y’ a deux énooormes cheminées ! Quand les moines "recevaient" on y faisait directement la cuisine (elles sont tellement grandes, ça ne m’étonne pas) et elles étaient cachées par des paravents.

Passant par de petits chemins que seuls les moines connaissent par cœur (j’espère que vous avez pris suffisamment de cailloux !)...

Nous accédons à l’énorme roue qui occupe l’ancien ossuaire des moins.

Elle a été installée en 1820 afin de monter la nourriture des détenus enfermés dans l’abbaye transformée en prison.

La vue est fameuse mais ils n'en profitaient pas vraiment à mon avis...

C’est une réplique des roues utilisées au Moyen Age pour les chantiers de construction… ce qui veut dire que c’était des hommes "installés" dedans qui l’actionnaient en marchant…

La chapelle Saint-Etienne est située entre l’infirmerie qui s’est effondrée au début du XIXème siècle, et l’ossuaire des moines. Elle servait tout naturellement de chapelle des morts.

Un escalier secret…

On emprunte ensuite l’escalier nord-sud situé au-dessous de la terrasse de l’ouest, c’est le grand axe de circulation du monastère roman.

Il donne sur le promenoir (pas de photo de ce dernier car très sombre et un groupe de Japonais squattaient l’espace).

On retrouve la Merveille en entrant dans la salle des Chevaliers (Totalement sous le charme de sa sérénité).

Construite pour porter le cloitre, c’était la salle de travail et d’étude des moines.

Leur œuvre intellectuelle nous est parvenue : les manuscrits de l’abbaye sont conservés à Avranches.

On achève la visite de la Merveille par l’aumônerie.

En réalité la visite s’achève par les jardins…

Vous vous rappelez la photo prise plus haut par une meurtrière ?…elle est là en haut à gauche.

Nous redescendons en longeant à nouveau le petit cimetière…

Les maisons sont vraiment mignonnes…

Et à chaque regard vers le ciel…Saint-Michel qui veille…

J’adore ces tons de bleu-gris…

Dernier regard vers la baie …

Il ne faut pas traîner car après Michel nous avons rendez-vous avec son dragon !

(à suivre)

14 Comments:

Anonymous Saturnas said...

Et bien c'est très long mais aussi très bien fait. Une belle journée fera souvent de belles photos. Dis-moi, tu avais un pied ? Quel guide avais-tu ? Le même que moi (un barbu) ? Dommage que tu n'aies pas un vrai site web, tu pourrais t'en servir pour faire un carnet de voyage virtuel car là on est un peu obligé de fouiller dans les archives pour retrouver tes perigrinations.

06 novembre, 2006 13:11  
Anonymous Thierry said...

C'est un magnifique reportage que tu nous offres là, et beaucoup de photos seraient dignes de figurer dans des magazines de reportages ou de voyages (Géo, Ulysse...).
Cela fait des années que je remets à plus tard la visite du Mont Saint-michel, mais là c'est vraiment très tentant !

06 novembre, 2006 13:26  
Blogger Gabbel said...

Saturnas > Trop long … oui je me doute mais j’aime savoir ce que je vois et j’aime expliquer ce que je montre et puis comment ne choisir que quelques photos ? Impossible.
Nous avions avec nous un pied qui a été utilisé uniquement pour les photos prises dans l’église Saint-Pierre (photos prises par mon amoureux) le reste c’est à la main ou en s’aidant de temps en temps d’une rambarde (mais je ne tremble pas encore de trop donc à main levée ça marche aussi !).
Nous n’avions pas de guide … on n’avait pas la remise des enseignants, nous ;-)
Aaaah mais moi je veux bien faire un site web avec mes belles photos qui prendraient la moitié de l’écran et que même qu’on les verrait mieux … mais comment qu’on fait ?
Et ça me prendrait peut-être moins de temps que le blog (20 minutes pour choisir les photos, 45 pour les diminuer et 2h30 pour les mettre en ligne … +1h pour le texte… pffft je vous aime bcp mais un peu marre à la fin ;op ).
Thierry > Merci beaucoup et donc avis aux éditeurs de magazine et autres … je suis ouverte à toutes propositions …. Heuuu professionnelles hein !! ;-p
La journée était vraiment parfaite pour la visite : un ciel bleu, un magnifique soleil, pas trop de monde et un p’tit froid qui fait encore plus apprécier une pause après la visite !... tu ne devais pas prendre des vacances ?

06 novembre, 2006 14:27  
Blogger Gabbel said...

Ah oui le pied a aussi été utilisé pour les quelques clichés de la nef.

06 novembre, 2006 14:30  
Anonymous raymonde said...

C'est trop de beauté en quelques minutes, je suis sur le point de m'évanouir !

En plus il a vraiment un beau petit cul le tit oiseau... hihihi

06 novembre, 2006 17:34  
Blogger Papilles et Pupilles said...

Merci pour ce magnifique reportage. Le Mont St Michel est décidément une des merveilles du monde.
Quand tu arrives et que tu le découvres au loin, c'est magique !

06 novembre, 2006 20:22  
Anonymous mariebruxelles said...

Merci pour ce magnifique reportage qui m'a permis de découvrir un Mont différent, càd hors des éternels clichés : les boutiques de souvenirs, les Poularderies et les hordes de tourites. Tes photos donnent réellement envie de faire le voyage.
Et j'imagine l'atmosphère qui doit régner là-bas quand flotte une légère brume hivernale, enveloppant les lieux d'une douceur mystérieuse.

06 novembre, 2006 21:19  
Anonymous mariebruxelles said...

touriStes, oups !

06 novembre, 2006 21:20  
Blogger Gabbel said...

Raymonde> Voyons, il y a des enfants qui lisent !! ;op
Papilles > C'est vrai que c'est un lieu magique
Marie > Nous avons eu notre lot de touristes mais surtout dans le rue commerçante... heureusement d'ailleurs qu'ils sont restés en bas ! :-)
J'ai bien aimé descendre les escaliers de pierre ... j'avais toujours l'impression que j'allais croiser un moine à la robe de bure

06 novembre, 2006 22:31  
Anonymous Guess Who said...

magnifique reportage ... mais est tu sure pour les pensées paiennes des moines ?
Je comprends les 460 prises de vue ...

07 novembre, 2006 10:35  
Blogger Gabbel said...

Guess > Heuu je ne comprends pas le sens de ta question...

07 novembre, 2006 10:46  
Anonymous Baïlili said...

Ouaaahh ! C'est un vrai reportage, magnifique, aussi bien par les photos que par les textes, bravo !
Ca me conforte dans mon idée d'y aller pendant les vacances de Noël, s'il fait beau...

07 novembre, 2006 11:57  
Anonymous dieudeschats said...

Merci pour cette superbe visite, j'ai enfin vu le Mont-Saint-Michel (je l'ai visité il y a 10 ans mais il y avait tellement de monde que je n'avais pas vu grand chose ^^)

07 novembre, 2006 21:16  
Anonymous dom said...

Je n'habite pas trop loin du mont, alors les jours de blues, les jours de moral dans les chaussettes, je prends ma voiture et je file là-bas.
deux heures à marcher sur le mont, le meilleur anti-dépresseur au monde.
juste dommage de payer pour visiter la Merveille, mais bon, j'aime bien râler...
Belles photos !

08 novembre, 2006 18:34  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F