08 juillet 2006

Une journée parfaite

Ca commence par un verre de jus d’orange, des tartines grillées-beurrées et la lecture des animations des prochaines semaines ainsi que la présentation de certains sites à visiter … mon œil est attiré par un drôle de clocher …nous prenons la route, direction Plougrescant.
Rappelez-vous, nous étions déjà passés par ce village fin novembre 2005 mais nous avions pris un autre chemin … Nous voilà donc de retour pour d’autres découvertes …

A l’entrée du Bourg de Plougrescant, une chapelle joue à la tour de Pise …

En 1612, après la rupture de quelques madriers, le socle du clocher s'incline sur le coté et le poids du plomb entraîne la flèche.

Le clocher est consolidé à plusieurs reprises mais cette caractéristique a été scrupuleusement respectée lors de sa restauration.
La chapelle, elle, est en fait une tour du 10e siècle dédiée à Saint Gonéry, moine "guérisseur" venu d’Angleterre, dont le tombeau renferme les reliques et surtout le crâne qui est encore vénéré de nos jours, lors des pardons.
A l’intérieur, on peut y admirer de remarquables peintures sur la voûte du 15e siècle, d’un pur style naïf. Mais par souci de conservation, on ne peut pénétrer dans la chapelle que lors de visites guidées …ce sera pour une prochaine fois.

Dehors, le calvaire édifié en 1595 est le point de ralliement d'une procession s'en allant chaque printemps sur l'île Loaven, emmenant les reliques du Saint rendre visite à sa mère.

Les trois croix qui le composent représentent le Christ entouré du bon et du mauvais larron.

Plougrescant est surtout connu pour la carte postale qui a fait le tour du monde et qui représente une petite maison de pierre construite et enchâssée entre deux énormes blocs de granit. Entourée d'un muret de pierre, elle a été construite à quelques mètres d'un gouffre.
Castel Meur est le nom de cette maison surprenante.

Elle tourne le dos à la mer depuis 1861, année de sa construction, pour se protéger des vents violents qui soufflent lors des tempêtes, fréquentes à cet endroit.
Cette demeure minuscule fut érigée à une époque où les permis de bâtir n'existaient pas, où chacun pouvait construire à sa guise et laisser libre cours à sa fantaisie.
Son bâtisseur y vivra de nombreuses années, creusant presque entièrement de ses mains la lande pour y aménager deux étangs.

Ses héritiers ne l'occuperont qu'épisodiquement, les jours de beau temps. Elle sera une résidence secondaire pendant plusieurs décennies, paraissant même parfois abandonnée car ouverte seulement une fois tous les deux ou trois ans depuis la fin du 20ème siècle. L'occupante actuelle, petite-fille du premier maître des lieux, partit faire fortune en Amérique. Mais après avoir cédé son affaire, elle revint s'installer dans la maison en 2004.
Entre-temps, les édiles locaux, soucieux de développer la vague déferlante du tourisme côtier, se seront emparés de l'image de Castel Meur pour en faire l'emblème de la Pointe de Plougrescant ...

Elle fera le tour du monde, générant un engouement tel qu'elle n'était plus considérée par le visiteur de passage comme une propriété privée mais comme un site ouvert à toutes les curiosités. La désinvolture ira à son comble un beau jour d'été où un autocar de touristes japonais aura la mauvaise idée de s'arrêter là : ses passagers voulant à tout prix un souvenir original iront jusqu'à grimper sur le toit de la maisonnette afin de s'y faire photographier ! Les dégâts qu'ils auront occasionné pousseront la propriétaire à protéger son bien : elle intentera une action en justice et depuis lors, toute représentation commerciale de Castel Meur est désormais interdite.
Plus loin : le Gouffre.

S'enfonçant un peu plus dans la mer devant un amas chaotique, le Gouffre est formé d'un enchevêtrement de pans de falaise écroulés il y a bien longtemps.

Les jours de tempêtes font vibrer les rochers où le vent et les éléments déchaînés hurlent alors avec une rare intensité la force d'un océan tout proche.

Le panorama qui s'y déroule semble ne plus vouloir s'arrêter à l'horizon d'une côte parsemée de pointes et de rochers rivalisant de sauvagerie.

Ce site remarquable, mais surtout impressionnant par la rudesse du paysage, décuple l'impression d'être en enfer lors des coups de vent.

A ce moment, les déferlantes se ruent avec une violence décuplée entre les énormes blocs de granit, soulevant des gerbes d'écume soufflées sur des centaines de mètres !

Heureusement, il faisait plutôt calme aujourd’hui … au point de se croire un peu dans les calanques de Marseille …

Une serviette de bain, un livre de Ken Folett, et l’après-midi s’écoule doucement au son de la mer venant se briser sur les rochers en contrebas.

Mais il est déjà temps de rentrer … les estomacs crient famine.

Pour les faire patienter, nous dévorons une nectarine, une reine-claude et une pêche … ça faisait au moins 3 ans que je n’avais plus mordu dans un fruit comme ça … quel bonheur et le bidou a intérêt à se tenir tranquille !
Sur le chemin du retour, une autre perle

et un bistrot veillé par un matou roux mais ouvert à tous !

Merci pour cette belle journée …

Les informations concernant la chapelle de Saint-Gonery, le Castel Meur et le Gouffre ont été recueillies ici.

9 Comments:

Anonymous Thierry said...

Des chutes du Niagara au Castel Meur, le raccourci géographique est osé, mais le dépaysement est magique !

08 juillet, 2006 22:53  
Blogger Gabbel said...

Heuu oui c'est un peu vrai ça .. (rougissement) .. mais c'est toujours de l'eau ;-)

08 juillet, 2006 22:58  
Anonymous Sonia du Mexique said...

Rhoooooooooo tu m'as fais voyager !! Merci pour toutes ces explications, c'est vraiment superbe et tres joliement expliqué !

08 juillet, 2006 23:05  
Anonymous mariebruxelles said...

J'aime beaucoup tes photo-reportages. On y apprend toujours des tas de choses et quel régal pour nos yeux de citadins !

09 juillet, 2006 02:17  
Anonymous Baïlili said...

Tu nous fait bien voyager, c'est très agréable d'avoir des descriptions bien détaillées. Je ne connaissais pas cette petite maison, c'est une perle !

09 juillet, 2006 15:43  
Anonymous Saturnas said...

Ha ben voilà une belle description de voyage, ça donne envie d'y aller. Rien ne vaut les carnets personnels surtout s'ils sont agrémentés de photos. Du coup j'ai bien envie d'y aller mais ça fait un peu loin de chez moi pour l'instant.
C'est pour où le prochain voyage ?

09 juillet, 2006 17:45  
Blogger Gabbel said...

Baïlili - Saturnas > J'aime apprendre et savoir ce que je vois et puis la Bretagne a toujours des histoires à raconter ;-)

09 juillet, 2006 19:13  
Anonymous landrellec said...

Beaucoup de souvenirs pour moi.
J'y étais à la même époque l'année passée.
Merci de me faire repenser à cette belle journée de 2005.

10 juillet, 2006 08:51  
Anonymous xtof said...

j'adore aller a Plougrescant... paysages sauvages... et oh miracle je m'ys suis baigné l'été dernier... l'eau était vraiment meilleure qu'à Trégastel !!!

11 juillet, 2006 09:38  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F