12 novembre 2006

Haut la main vers le pistolet !

Habiter dans un autre que pays que sa mère patrie, c’est s’adapter …
S’adapter aux us et coutumes du langage (j’y reviendrai dans un prochain billet), à la musique, à l’habillement (si, si), aux modes de paiement (Aaaah la France et son chéquier !… obsolète depuis 20 ans en Belgique) et bien entendu, c’est s’adapter à la nourriture…
La France est grande (les Français après avoir lu cette phrase vous pouvez déboutonner votre col de chemise ;op) et recèle donc beaucoup de plats régionaux contrairement à la Belgique où tout est "belge" (bon, d’accord j’accorde le waterzooi aux flamands et le saucisson aux ardennais) mais dans l’ensemble les spécialités de mon plat pays sont dites "belges" et non "de la région de".
D’ailleurs pour votre culture sachez que notre Roi est appelé Roi des Belges et non Roi de Belgique. Ceci à la demande de Léopold Ier (Premier Roi des Belges 1790- 1865),


il désirait, ainsi, insister sur le fait qu’il était roi d’un peuple et non d’un pays.
Mais revenons-en aux spécialités (car je vous vois déjà saliver).
Je ne vais pas toutes les citer… la France est si grande (oui, j’ai décidé de faire mourir d’asphyxie tous les Français ce soir LOL) mais en survolant on découvre :

La bourride (découverte lors d’une escapade dans le sud-est)

Le cassoulet La quiche Lorraine La fondue savoyarde La potée auvergnate La salade niçoise La cotriade Les coquilles Saint-Jacques Le bœuf bourguignon Et j’en passe … je vous épargne les desserts mais pour continuer à saliver et découvrir de bonnes choses, foncez ici.
Donc je m’adapte…et je dois l’avouer, assez facilement … les coquilles sont mes amies, les galettes très chouettes, le far breton mon compagnon (ça c’est pas vrai en fait, c’est pour la rime) … etc.
Mais, ben oui y’a un mais .. je ne vais pas, pour le plaisir, énumérer les spécialités françaises ... zaza oui, folle non !
Donc, mais la France n’est pas la Belgique (je sais c’est dur à lire) et bien souvent je me lamente dans les rayons d’Int*marché, Car*four, Le*lerc … ben oui, quand on ne trouve pas on fait plusieurs magasins … et JE NE TROUVE PAS !
Je ne trouve pas la soupe en conserve Knorr … oui je sais y’a 250 soupes en brique mais elles ne sont pas bonnes … oui, je sais c’est meilleur de faire sa soupe soi-même… dites ça au bidou : 2 jours ça va, 3 jours il va se payer une bonne tranche de rire et pas moi.
Je ne trouve pas les petites saucisses cocktail de la marque Zwan qui sont à mourir tellement elles sont bonnes… surtout enroulées d’une tranche de lard et passées au four 10 minutes … non, ce n’est pas mon plat principal…on appelle ça des amuse-bouche Môôssieur et les fêtes de fin d’année qui s’y prêtent arrivent à grands pas.
Je ne trouve pas les bonnes sauces de la marque Devos Lemmens…

Non, on ne se gave pas de sauces, seulement le curry, l’aïoli, la béarnaise accompagnent délicieusement la pierrade.
Cependant je m’adapte …je suis en France et ces marques étant, apparemment, vendues uniquement en Belgique, nos visiteurs belges sont aimablement porteurs de ces diverses denrées rares.
Par contre, d’autres mets, qui ne sont pas des marques, sont également impossibles à trouver, comme le chou rouge en bocal.
Ingrédient indispensable à la Shepherd’s Pie … non, je ne viens pas d’éternuer, allez voir ici … et ne poussez pas de hauts cris … Thierry s’est sacrifié et semble se porter comme un charme ;-)
Mais, encore une fois, des bocaux de chou rouge ça se transporte… nous sommes donc sauvés (cela va surtout m’éviter d’avoir les doigts rose vif pendant 3 jours).
Hélas, 3 fois hélaaaaaaaas … il y des aliments qui malheureusement ne supportent pas le voyage et là mes amis belges je vois déjà votre œil compatissant et même la larme qui va venir le border quand je vais vous parler du … pistolet.

Pour éviter tout malentendu sur ma probable nature sanguinaire (oui, je suis fan de S. King, non ça ne veut pas dire que je sois violente) voici pour vous, non-belge, ignorant de ce bonheur peut-être si proche de vous, ce qu’est le pistolet :
Mais d’où vient le nom de ce drôle de petit pain rond ?

Un pistolet est une arme à feu, un court fusil. Une pistole, une pièce de monnaie et apparemment les deux n’ont rien à voir d’un point de vue étymologique, quoiqu’à une époque, on ait appelé les petites pistoles, des pistolets, un peu comme les centimes.
C’est aussi, en ancien français, un homme sans tenue, un importun, un mauvais plaisant ou quelquefois un original. Ne dit-on pas : quel drôle de pistolet ! Cela signifie aussi un homme du clergé d’une conduite légère. Et enfin, dernière signification retrouvée, ce serait également une demi-bouteille de champagne. Ce qui nous rapproche de la gastronomie. Assurément quel drôle de pistolet ! Mais d’où provient le nom de ce petit pain rond que nous apprécions tant ? Qu’il garde sa part de mystère, après tout, les choses n’en sont que plus savoureuses ainsi.Certains l’envisagent uniquement le dimanche matin, avec le journal, les pantoufles, le peignoir, les cheveux en bataille et les enfants qui zappent sur les dessins animés. Pour d’autres, il prend place les autres jours de la semaine. Fourré et bien avant la demi-baguette, il faisait le bonheur des bouchers ayant opté pour le snack plutôt que pour la découpe d’un tendre rôti. On mange sa mie ou on ne la mange pas. Si on la mange, en général c’est toujours avec un volume équivalent de beurre salé, on n’est pas des nains, hein ! D’une tenue plutôt limite dans la boîte à tartines des rejetons (sinon elle s’appellerait boîte à pistolets) car ayant une fâcheuse tendance au ramollissement, le pistolet s’envisage frais, sorti tout droit de la boulangerie où il aura été cuit le matin même. Avec du beurre et un morceau de jambon pour le premier, de fromage pour le second, de la confiture pour le troisième ou encore, pour les autres, avec des crevettes grises en regardant la mer du Nord, c’est un réel bonheur !!
(avec l’aimable autorisation de sensum.be)

Et maintenant vous pleurez … oui, je sais, c’est dur, vous habitez loin, vous ne mettrez probablement jamais les pieds en Belgique et vous savez, oui, vous savez, que jamais vous n’aurez de pistolet au petit déjeuner …
ET MOI ALORS ?? Que dois-je dire ?? Moi qui ai connu ce petit pain rond depuis toujours, qui mettais la moitié du paquet de beurre sur la mie … imaginez mon état depuis 1 an … chaque dimanche matin devant mon grand bol de (faux) café avec 2 sucres, je me retrouve avec de la baguette … et bon sang comme c’est pas rond une baguette …
Pour finir (et achever votre foie), je vous associe à ma grande déception du 25 décembre … en effet, dans mon plat pays, c’est le jour (la veille aussi) du cougnou (les Français, vous êtes priés de ne pas rire du nom ou je vous parle du chouze, du pounti, de la gougère et j’en passe).

Le cougnou est une autre spécialité boulangère, une sorte de brioche aux grains de sucre ou aux raisins dont la forme rappelle l’enfant Jésus et que l’on mange soit (plutôt du côté de Liège) le soir du 24 décembre avec une tasse de chocolat chaud, soit au petit déjeuner du 25 décembre (le must étant le petit Jésus en sucre déposé dessus)… L’année passée fut la première où au petit déjeuner de mon anniversaire (voyez, la finesse pour rappeler que je suis née le 25 décembre …) je n’ai pas eu droit à mon cougnou … ben pour la peine cette année je reprendrai du croissant !

La suite, bientôt, si vous êtres sages et si vous n’avez pas trop bavé sur vos claviers.

11 Comments:

Anonymous raymonde said...

Heureusement qu'à cette heure, je viens de terminer mon repas du soir (merci décalage horaire). Sinon, j'aurais encore gâché ma diète !
Et toi, encore chanceuse de ne pas te nommer Noëlle ! Ou mieux (ou pire): Nöella.
Je te souhaites plein de petits pains. Achète-toi une MAP, c'est si facile à faire !

13 novembre, 2006 01:30  
Anonymous Thierry said...

Même si tôt le matin tu as réussi l'exploit de m'ouvrir l'appétit pour la journée entière !
...
Sauf à entrer dans un cycle d'adaptation forcenée, allant jusqu'à nier ses propres racines géographiques, il est toujours très difficile, en effet, de trouver les produits gastronomiques de sa région ou de son pays d'origine lorsqu'on s'expatrie. Impossible, par exemple, de retrouver le lait au goût si particulier que je buvais en Lorraine quand j'étais enfant : la mondialisation étant passée par là, ce lait est vraisemblablement produit quelque part en Europe, mais surement plus en Lorraine, sur les côteaux normands ou dans les prés du bocage poitevin comme se complaît à le montrer perpétuellement l'absurde illustration d'emballage. Qui plus est, il est souvent très difficile, aussi, de trouver certains produits locaux d'une région à l'autre : ainsi, il faut de la tomme fraîche pour réaliser un bon aligot, spécialité de Lozère et de l'Aubrac, or on ne trouve ce fromage que dans un état d'affinage beaucoup plus avancé sur nos marchés angevins, le rendant impropre à la réalisation de ce plat rustique inimitable.
Que dire alors des échanges gastronomiques entre pays ? Peu de choses, si ce n'est qu'on trouve assez souvent, une fois l'an, une semaine de spécialités chinoises, italiennes et/ou espagnoles dans les rayons de nos magasins. Des poncifs... Mais je n'ai jamais vu de semaine dédiée à la gastronomie belge. Quatre ou cinq sortes de bières, tout au plus...
Toutefois, ce serait sans doute une excellente idée à suggérer aux enseignes de ta région (les Le****c, Car*****r et consorts dont tu parles) car il y a tant de mets et de saveurs à découvrir de ton beau pays natal... et, à cette occasion, tu devrais naturellement proposer tes services aux magasins interessés !

13 novembre, 2006 07:08  
Anonymous Guess Who said...

A l'avenir je vais m'abstenir de lire tes notes à jeun et à 7 heures du matin.
Un moment j'ai eu peur que du nous parles d'un pistolet avec de l'américain ...

13 novembre, 2006 07:21  
Anonymous Nanoo said...

Trop tard!!!! Mon clavier ruisselle de bave!!!!!!!!!!! beurk! Quand je pense qu'y a même plus de pain à la maison, bouh!!!

13 novembre, 2006 09:12  
Anonymous Saturnas said...

Les photos de tous ces plats viennent tous de chez toi ? Ca donne bien envie tout ça, ton amoureux doit être aux anges quand l'heure du repas arrive !

13 novembre, 2006 09:33  
Blogger Gabbel said...

Raymonde > Maman a hésité avec Marie mais ça faisait « un peu trop ». C’est quoi une MAP ?
Thierry > N’as-tu pas un bon fromager près de chez toi ? Nous en avons un merveilleux à Saint-Brieuc chez qui nous avons trouvé un sublime Comté, que la fromagère a accepté de nous trancher …et oui au Ca**four il ne se vend qu’en bloc et a un goût insipide.
Une semaine de la Belgique ? Oh oui !! A nous le waterzooi, les merveilleux, la blanquette, les moules, les croquettes de crevettes, les bons fromages, les bières … et les pistolets !! :op
Guess > Ne retourne pas le couteau dans la plaie avec l’américain … voilà encore quelque chose qui fait difficilement le voyage…
Nanoo > Un p’tit pistolet ? LOL
Saturnas > Non, ça ne vient pas de chez moi, cela a été glané sur le net… heureusement d’ailleurs sinon bonjour la crise de foie ! ;op

13 novembre, 2006 10:21  
Anonymous mariebruxelles said...

(MAP = machine à pain)
Et les Chokotoffs ? Le choco Méli ? Le Sirop de Liège ? Le Maredsous en barquettes ? Les couques au beurre ? Le pickels ? Le stoemp-saucisses ?
Ils ne te manquent pas dans ton beau pays là-bas ?
Naaan, j'suis pas sadique ! :-))

13 novembre, 2006 12:18  
Blogger Regardeuse said...

"Roi des Belges" et non roi de Belgique. Je garde cette expression précieusement, il me semble qu'elle résume mieux que tout ce qui émane de votre si beau pays : ce je ne sais quoi d'élégant sans être suranné.
Merci Gabbel.
ps : je serais preneuse d'autres anecdotes (vécues ?)si vous aviez encore la patience de nous les narrer. Juste un (très très très) léger bémol sur la gastronomie : c'est encore en France que toutes les finesses s'expriment le mieux.

13 novembre, 2006 18:17  
Anonymous raymonde said...

Ben voyons, une MAP, tu la vois souvent chez Mme Papille : une Machine à Pain !

13 novembre, 2006 18:24  
Blogger Gabbel said...

Marie > patience, patience … j’en garde un peu pour la suite ! ;-)
Regardeuse > Mais de rien … j’aime cette expression qui résume si bien ma patrie : les gens d’abord.
Pour d’autres anecdotes, je t’invite, déjà, à lire les archives … et pour le bémol… la cuisine française est très fine c’est vrai mais l’asiatique (par exemple) est aussi d’une extrême finesse … je pense que c’est chacun ses goûts :-)
Raymonde > Ah ben oui, évidemment … mais pour les fois où je vais faire du pain et la place que ça prend...

13 novembre, 2006 21:40  
Blogger Beo said...

Appétissant tout ça! Tu sais que dans le Bas Saint-Laurent au Québec: il y a une ville qui s'appelle Trois-Pistoles?

Aussi une bière brune de la micro brasserie Unibroue.

Sinon en Suisse... ils ont fait fort: chaque canton a un pain précis: 23 cantons, et je passe outre à toutes les autres variétés plus saugrenues les unes que les autres!

14 novembre, 2006 18:05  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F