17 mars 2007

L'auberge

Bon, voilà… oui, oui, oui je suis encore repartie… oui, oui, et encore oui c’est pour la bonne cause … une cause dont vous connaitrez la finalité dans quelques jours si tout va bien.
A ce sujet, un peu de gym est prévue en fin d’article mais c’est de la gym douce ! Alors restez jusqu’au bout !
Nous sommes donc repartis.
Restant deux jours dans le coin, il nous fallait un gîte pour la nuit et c’est là que mon amoureux est parti en life comme disent les jeunes… ou plus simplement il a encore fait le zaza.
Essssplicasssione.
Quand on part, et comme c’est régulier c’est dernier temps, nous dormons dans un p’tit hôtel style pas cher et nous nous préparons un petit repas pique-nique sur le lit devant la télé.
Perso, j’aime bien, c’est rigolo et puis y’a plus la télé à la maison depuis 5 mois donc ça change.
Au menu, c’est souvent des plats préparés le matin à la maison et gentils avec le bidou qui n’aime pas les longs trajets en voiture et est donc très remuant : plat de pâtes, baguette et soupe en sachet chauffée avec la bouilloire électrique que nous emportons.
Oui, je sais, ça fait jeune sans le sou mais moi j’aime bien ce moment où l’on se pose enfin un peu après une journée chargée, où l’on étale sur le lit les assiettes et les couverts, où le jus de pomme tangue sous les secousses du lit… bref, j’aime bien ce style camping à l’hôtel.
(et puis je sais que si on veut changer, on a une bonne adresse de table et chambre chez l’habitant).
Nous voilà donc jeudi en recherche de chambre. Une dame très sympathique nous parle d’un petit hôtel en bord de Loire (bon, en même temps c’est la femme du maire… faut bien qu’elle fasse un peu fonctionner l’économie du coin).
Le Bec Salé propose de mignonnes petites chambres très correctes et n’est, au final, pas excessivement plus cher que certains hôtels en bord de route et bruyants (Par contre, le restaurant est fermé).
Il est niché à la sortie du village et puis surtout … y’a pas photo pour la vue !
A ben si justement, y’a photos …


Juste en face de nous : l’abbaye de Saint-Maur.
Elle a été à l’abandon pendant plusieurs années et rachetée il y a 1 an par une association. C’est aujourd’hui un centre de vacances pour les enfants.
Or donc, nous soufflons enfin dans la chambre, face à la Loire.
La nuit tombe, nous parlons des victuailles prévues pour le repas (un bon pain de viande maison, entre autres) quand mon amoureux propose d’aller voir "juste comme ça" la carte du restaurant dont nous avait parlé la femme du maire et qui en plus (oh, tiens comme par hasard) est de l’autre côté du parking de l’hôtel.
Bon, le bidou est craintif, mais on va tout de même jeter un coup d’œil.
Ca ne fait pas un pli, je vous le donne en mille…

Ben oui, hein, quand on voit la carte de l'Auberge de l'abbaye, c’est clair qu’on ne peut que rentrer.
Nous sommes accueillis par la charmante patronne.
Installés juste en face de l’abbaye, nous parlons de notre déception de ne pas pouvoir la visiter… la patronne propose, si nous revenons dans le coin, de passer un coup de fil pour demander si on peut exceptionnellement le faire !
(ben voilà on va encore être obligés de manger ici, me dit mon amoureux qui ne semble pas trop abattu par cette nouvelle).
Nous commandons….
Pour commencer, nous recevons une petite mise en bouche chaude :
Crème de chou-fleur et un pétale de noix de Saint-Jacques poêlé avec quelques pistils de safran.
On est loin de la soupe en sachet :-)
Les petits pains sont faits maison : blanc ou de campagne avec un beurre doux AOC.
Mon amoureux prendra comme entrée : Une pomponnette de langoustines avec ses lutins des chênes et son jus de volaille à la sauge.
C’est assez bon et surtout surprenant ce mélange : jus de viande et langoustines emballées dans une feuille de chou.
Les lutins étant des champignons.
Pour suivre, il mangera un rouget barbet juste poêlé avec un bouillon de vanille.
Il a longuement hésité pour ce plat car il craignait un envahissement de la vanille mais elle est vraiment peu prononcée et malgré tout présente. En plus, ce goût très doux se mariait très bien avec la chair tendre du poisson.
Nous apprendrons que le chef travaille avec des poissons extra frais pêchés dans la Loire même comme, par exemple, le sandre.
De mon côté, je n’ai pas pris d’entrée en entrée mais une entrée en plat (vous suivez ?)
Duo de homard et langoustines sur légumes croquants et vinaigrette à la truffe.
En vérité, sur la carte, c’était écrit mesclun de salade, légume qui passe mieux au niveau bidou donc les légumes croquants ont été croqués par l’homme mais j’ai tout de même très apprécié la vinaigrette sur la salade … c’est décidé, je vais m’offrir une bouteille de vinaigre balsamique !
Nous avons accompagné le tout avec un vin que j’adore : un Nicolas de Bourgueuil … je crois que c’est la première fois que je regrettais de n’avoir pris qu’une demi-bouteille ;-)
En dessert :
Pour lui, un moelleux au chocolat et griottes sur une crème au Cointreau.
Et pour moi une crème brûlée à tomber.
Pas de fromage mais le plateau n’est pas passé loin… heu oui je crois qu’il faudra revenir pour cette visite de l’abbaye ! (et le fromage est servi avec du pain aux noix toujours maison).
Merci mon chéri pour cette soirée parfaite et ce lever de soleil sur la Loire.



PS : et la gym dans tout ça ? ... heu si vous pouviez croiser les doigts et les orteils à partir de lundi, ce serait sympa :-)

10 Comments:

Anonymous Thierry said...

Aaaaaaaahhh ! L'abbaye de Saint-Maur ! Je suis passé par là quelques fois, Sans jamais avoir pris le temps de m'y arrêter. Mais j'ai bien noté le nom de cette auberge (miiiaaam !, et slurp aussi !)
Êtes-vous allés jusqu'à Fontevraud visiter l'abbaye ?

17 mars, 2007 18:15  
Blogger Gabbel said...

Thierry > Heu, non, nous avons fait un autre type de visite ;-p
Y'a aussi le restaurant "La toque blanche" au bord de la Loire qui me semble fort sympathique :)

17 mars, 2007 18:28  
Anonymous Myriam said...

C'est avec haine que je vais regarder mes tartines du soir après que tu m'ai mis l'eau à la bouche avec ton super menu des bords de Loire!

Tes escapades me font vraiment envie, j'aime tant la France!

Passe un bon dimanche Gabbel...

17 mars, 2007 18:36  
Blogger Gabbel said...

Myriam > Merci :-) ... je te rassure, tu n'es pas la seule à manger une tartine ce soir :op

17 mars, 2007 18:40  
Blogger Beo said...

Eh ben dites-donc... comme pique-nique sur la couette: on a déjà vu plus rustique!

J'en salive....

17 mars, 2007 19:48  
Blogger Linda said...

Wowow! Ton site est super intéressant et tes photos sont superbes, bravo! :)

18 mars, 2007 14:41  
Anonymous Baïlili said...

Pffffff.... c'est malin, maintenant j'ai faim ! T'as vu l'heure ? Bon, je ne mange pas mais je croise les doigts !

19 mars, 2007 01:30  
Anonymous dieudeschats said...

Hihi, je vais un peu détonner dans l'ensemble d'estomacs criant famine mais moi, la cuisine de ce genre (au sens large) ne me tente vraiment pas du tout ^^
Je ne connais pas du tout le "Nicolas" en question... ça ressemble à quoi ?
J'espère que tu as eu du bonheur en dehors de l'assiette *aussi*, pendant ce week-end :)

19 mars, 2007 16:31  
Blogger Gabbel said...

Déesse > Même si c'était un restaurant gastronomique, ce n'était pas non plus nouvelle cuisine genre un radis dans l'assiette.
L'ambiance était très décontractée, pas guindée.
Et oui, le w-e fut prometteur ... attendons...

19 mars, 2007 16:40  
Anonymous dieudeschats said...

Je ne visais pas le radis esseulé (le pôvre !) ni l'ambiance, c'est juste que j'ai des goûts différents ! Là j'aurais juste mangé le pain, le beurre, les légumes, le fromage... et la crème brûlée bien sûr :)
Ouais bon ok on peut le dire : je suis difficile !!! ^^

20 mars, 2007 12:54  

Enregistrer un commentaire

<< Home

F